La poupée Kiwanis 

En 1995, un membre du club Kiwanis de Destelbergen Reinaert rapporta de son voyage en Australie une poupée en chiffon. Cette poupée était utilisée sur place comme un « jouet de diversion » chez les enfants malades.

 

Le comité social du Kiwanis Belgium-Luxembourg décida d’en faire, sous la direction de leur membre Liefwin Waignein, un projet en distribuant les poupées dans les hôpitaux. A l’aide d’une poupée, les pédiatres et/ou le personnel soignant pourraient expliquer aux enfants quelle intervention ou quel traitement serait appliqué.

 

Après examen et évaluation, il s’est avéré que la peur et la douleur des enfants suite à l’intervention diminuaient.

 

Depuis, la poupée est maintenant aussi utilisée dans le département des urgences, car la plupart des enfants qui y sont admis n’ont pas leur doudou près d’eux.

 

Assez rapidement, non seulement en Belgique, mais dans toute l’Europe, la poupée devint un succès.

Afin de récolter des fonds pour la fabrication des poupées, l'idée est venue à Claude Lardo, un kiwanien d'Arlon, de demander à des artistes de réaliser des oeuvres d'art à partir de sculptures de grandes poupées. Ce sont les K-dolls in town. Des expositions eurent lieu tant en Flandres qu'en Wallonie. Notre club de Rosières a parrainé "Rosie" qui se trouve actuellement à Marche-en-Famenne.

 

 Par la suite, pour toucher un public plus large qui pourrait ainsi participer à cette vaste opération, de plus petites poupées furent décorées. Ce sont les K-dolls in house. Une exposition et une vente se sont déroulées au Centre commercial de Nivelles.

Les poupées lors du Congrès

à La Hulpe

Exposition des poupées

à Luxembourg et à Liège

K-Dolls in house à Nivelles

1/19
1/4